Tchad : 7 milliards de la BDEAC pour le complexe industriel de Djermaya

Tchad : 7 milliards de la BDEAC pour le complexe industriel de Djermaya

Vendredi, 12 mai, 2017

Pour valider ce prêt, les députés tchadiens, réunis en procédure de discussions immédiates, ont adopté ce jeudi le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier cet accord de prêt signé le 23 janvier dernier. 

Le complexe industriel de Djermaya destiné à l’exploitation des ruminants, a un coût de construction initial de 37,8 milliards FCFA qui devrait être assuré par la BDEAC (20 milliards FCFA) et le groupe turc Tana (5 milliards FCFA) qui s’occupe aussi de l’exécution des travaux et le reste supporté par l’Etat tchadien.

Mais, la part de l’Etat tchadien n’a pas été versée faute des ressources disponibles. Les travaux qui devraient durer 18 mois (pose première pierre en septembre 2014), n’ont jusqu’à présent pas été finalisés. 

Le nouveau prêt de 7 milliards FCFA de la BDEAC complète ainsi la part de l’Etat tchadien qui devrait verser. 

Défendant le projet à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’Etat à l’Economie et de la planification du développement, M. Sing-Yabé Barnabas, a rassuré les députés en affirmant que la construction de ce complexe industriel des ruminants est un grand atout pour le Tchad qui est leader dans la sous région vu le nombre de son cheptel (plus de 94 millions de têtes de bétail). 

Ce complexe, a-t-il dit, vise à mettre fin à l’abattage clandestin et à booster l’économie nationale. 

Pour le ministre, le complexe industriel permet de transformer les produits de l’élevage et de les écouler. Situé à une trentaine de kilomètres de la capitale, les produits du complexe peuvent être transportés rapidement vers l’aéroport en vue de leur exportation, a-t-il expliqué, ajoutant que les premiers bénéficiaires seront aussi les populations, notamment, les éleveurs. 

Le complexe dispose d’un abattoir moderne d’une capacité d’abattage de 420 bovins et 720 petits ruminants par jour. Il dispose aussi d’une tannerie avec une capacité de traitement de 500 peaux de bovins par jour et une mégisserie d’une capacité de traitement de 5000 peaux de petits ruminants par jour. 

Le complexe abrite aussi un centre de formation aux métiers de la viande, des cuirs et peaux, des unités de transformation des sous-produits (os, sang, cornes, sabots) et des unités de traitement des déchets solides et liquides. 

L’Etat tchadien doit rembourser le prêt supplémentaire (7 milliards FCFA) dans une période de 12 ans dont 3 ans de différé de remboursement.